Art & Culture

LA CUISINE JUIVE DE L’ORIENTAL

Alors qu’il a été publié en novembre 2017, le timing a voulu que Maguy Kakon dédicace son dernier ouvrage le jour de Hanouka. Heureuse coïncidence. A la Galerie Venise Cadre, à Casablanca, lumineuse et souriante, l’écrivain et graphologue présentait « L’Oriental marocain : Des siècles d’art culinaire juif ».

Ce beau-livre édité par La Croisée des Chemins – sur l’initiative de l’Agence de l’Oriental – est une forme d’héritage puisqu’il réunit les recettes traditionnelles marocaines transmises de mères en filles, faisant ainsi le socle de la gastronomie juive. On le feuillette un peu comme une suite de témoignages de l’histoire et de fragments choisis de la mémoire du Maroc. Maguy Kakon confie avoir passé plus de quatre ans à chercher, investiguer, recueillir la parole de femmes de l‘Oriental d’Oujda à Figuig en passant par Debdou, Berkane… En 1995, Maguy Kakon avait écrit « La cuisine juive du à Maroc de mère en fille ». Preuve s’il en est que la préservation des composantes de l’art de vivre marocain lui tient particulièrement cœur.

« L’Oriental marocain : Des siècles d’art culinaire juif », Editions La Croisée des Chemins, 590 Dh

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer