Marrakech

1:54, L’ART CONTEMPORAIN AFRICAIN ILLUMINE MARRAKECH

Le 24 Fév 2018, par Carole

Ce week-end, on file tous à Marrakech. Si la ville n’a pas besoin d’art pour être lumineuse, elle l’est tout de même deux fois plus avec le 1:54 et toutes les expos qui viennent d’être inaugurées. Allez, on se fait une overdose d’images, de messages et couleurs. Les vacances ne sont pas encore finies, les enfants vont adorer ces événements qui font appel à leur imagination.

1:54 Contemporary African Art Fair, c’est la 1e foire internationale dédiée à la promotion de l’art contemporain d’Afrique qui, après Londres et NYC, arrive enfin à Marrakech. C’est l’occasion pour les galeries et autres lieux culturels marrakchis de s’insérer dans cette belle dynamique.

1e étape : aujourd’hui et demain, La Mamounia reçoit plus de 17 galeries et plus de 50 artistes. Parmi les artistes découverts (il y en a pas mal qui sont connus et que, bien sûr, on adore), on a eu 2 coups de cœur absolus. Le premier pour la galerie new-yorkaise Yossi Miloqui présente le photographe burkinabè Sory Sanlé (souvent comparé à Sidibé et Keïta) qui vit à Bobo Dioulasso, ainsi que l’Américain Kyle Meyer qui réalise un travail extraordinaire de sensibilité avec de jeunes séropositifs du Swaziland. Le second pour les artistes béninois exposés par la galerie parisienne Vallois : Prince Toffa et sa récup extraordinaire, Marius Dansouet son recours à des matériaux virils comme le béton pour représenter les coiffes si symboliques au Bénin, le céramiste King Houndekpinkou… Jusqu’au 25 février 2018

2e étape : le MACAAL (Musée d’Art Contemporain Africain Al Maaden) et l’expo Africa is no island, une super initiative qui prouve une fois de plus que Africa est tout sauf no. Le site est beau, en soi il vaut le détour. Mais au delà de sa plastique, on a aimé cette expo qui met en lumière des artistes impressionnants. Comme la Burkinabè Johana Choumali et son installation de portraits scarifiés recto-verso, Walid Layadi-Marfouk et ses photos de la mémoire familiale, Maimouna Guerresi et ses portraits monumentaux où les trônes de récup décuplent la dignité du sujet, François-Xavier Gbré et ses ruines d’un passé colonial en attente de renaissance, Baudouin Mouanda et ses instants de vie d’une puissance inouïe, Ayana V. Jackson, Lebohang Kganye… Il faut tout voir, s’arrêter devant chaque œuvre pour lire ce que l’Afrique entend offrir désormais, et ce qu’elle est vraiment. Pas une île, mais un champ de possibles réfléchi et inextinguible. A voir aussi, à l’étage du MACAAL, l’expo A second life avec l’impressionnante installation du collectif Zbel Manifesto et celles d’autres artistes marocains et étrangers. Jusqu’au 24 août 2018

3e étape, et pas des moindres, Traversées/Crossings au Comptoir des Mines. Dans ce dédale artistique, on regarde, on s’interroge, on comprend, on cherche parfois le sens, mais toujours on aime parce que les 10 artistes qui sont là font preuve de générosité et d’humour. Coups de cœur énormes Simohamed Fettaka, Mariam Abouzid Souali, et toujours Hassan Hajjaj. Surtout ne ratez pas cette expo. Jusqu’au 10 avril 2018

4e étape : on vous en a déjà parlé, il faut absolument voir Les robes sculptures de Noureddine Amir au Musée Yves Saint Laurent jusqu’au 22 avril 2018. Elles vous séduiront, vous surprendront. Parmi les œuvres exposées, 3 sont des créations nouvelles. Raison de plus pour passer par le MYSL !

Rejoignez la communauté
eaZylife

Rejoignez la communauté eaZylife